Les dessous de la Présidence

Été 1681. Dans les soupentes du palais de Versailles, Madame de Montespan, maîtresse de Louis XIV tombée en partielle disgrâce, se souvient du temps de sa splendeur. Elle continue néanmoins à mener grande vie, protégée en cela par son ancien royal amant. Pourtant, accusée dans l’Affaire des Poisons d’avoir glissé quelques gouttes d’un subtile breuvage dans la boisson de Mademoiselle de Fontanges, jeune et dernière maîtresse du Roi Soleil, elle profite encore de la protection du monarque et loge, avec un léger anachronisme, dans un appartement de fonction à proximité du Grand Louis. À l’époque, la presse n’était pas aussi pressante et tout désir du roi devenait réalité.

Été 2018. Dans les appartements du 11 quai Branly, le garde du corps du Président de la République Française n’a pu jouir bien longtemps de tous les avantages que notre monarque républicain lui avait concédés. La presse et l’opinion publique se sont montrées impitoyables et sont parvenues à forcer les volontés élyséennes. Dire qu’il y a dix jours, quelques mauvais esprits redoutaient qu’en cas de victoire de l’équipe de France au mondial de foot, le Président profiterait d’une embellie dans les sondages ! Alors, il ne vous aura pas échappé que oui, en toute humilité, nous sommes champions mais que non, bien au contraire, Emmanuel Macron ne caracole pas dans les hautes sphères sondagières. Deschamps, Griezmann, Pavard, Mbappé devaient servir de marche-pied afin d’atteindre les étoiles ; finalement, Benalla fait office d’ascenseur pour l’échafaud. Ainsi, tandis que notre pays, ivre de gloire, de succès…et d’un peu d’autre chose, s’apprêtait à s’assoupir du sommeil du juste dans la torpeur estivale en regardant d’un œil distrait les coureurs du Tour de France souffrir dans nos campagnes, voici qu’un feuilleton vient, sur le chemin des vacances, nous tenir en haleine.

Chaque jour, voire plusieurs fois par jour, un rebondissement nouveau nous entraîne plus loin. À la faute initiale, à l’indulgence surprenante qui s’ensuivit, succèdent des révélations qui ajoutent du trouble au trouble. Jupiter, dans son silence dédaigneux, vacille. Certains commencent à dire que nous n’avons que trop parlé de cette petite affaire qui ne méritent pas tant de lignes. D’autres se réfugient derrière le paravent protecteur de la Justice. Je pense, bien au contraire, que le Président doit la vérité aux Français. Comment un garde du corps rencontré il y a moins de deux ans qui ne brille ni par sa discrétion, ni, si nous écoutons Arnaud Montebourg, par son sens des responsabilités, a-t-il pu jouir auprès du Président d’un si grand nombre de privilèges ? Quel rôle a-t-il joué afin de bénéficier de cette impunité ? Car, ne nous voilons pas la face, cette affaire qui se trame au cœur même de l’Élysée ne pouvait être ignorée par le Président. Le Ministre de l’Intérieur ou le Premier Ministre ne peuvent servir de fusibles dans une affaire qui leur est étrangère. Si Emmanuel Macron avait agi avec célérité, son directeur de cabinet qui a pris la décision de la mise à pied aurait pu servir de fusible. Mais l’affaire a poursuivi sa route et nous avons appris que le triste sire, le séide de caniveau s’était vu récompensé le 9 juillet par un appartement sous les ors de la République, dans le palais des maîtresses de l’Élysée.

Qui est donc ce mystérieux Benalla ? Quel est son rôle ? Il est étrange de voir un garde du corps présidentiel avoir un libre accès à l’Assemblée Nationale où, pour le moment, le corps du Président ne peut se trouver. Telle Jeanne Poisson devenue Marquise de Pompadour par amour du Roi (mais elle, au moins, avait de l’esprit), Alexandre Benalla s’est vu promu lieutenant-colonel. Pour quelles raisons ? Quels services a rendu ce baron noir à Emmanuel Macron ? De quels secrets inavouables est-il le dépositaire ? Ce feuilleton de l’été est bien plus terrifiant qu’une fiction. Ici tout est effarant : un directeur de cabinet de l’Élysée qui ouvre son parapluie et mouille le Président, des sicaires agitateurs et provocateurs employés par l’Élysée et le parti présidentiel pour faire dégénérer des manifestations, un Président qui ne pourra plus jamais feindre l’innocence.

Dans ces zones d’ombres, nous ne pouvons que louer l’Assemblée Nationale de s’être emparée du sujet sous l’insistance de Boris Vallaud, député socialiste des Landes. En revanche, nous ne pouvons que regretter que la présidente de la Commission des Lois, la marcheuse Yaël Braun-Pivet s’agite sans cesse pour ralentir ou freiner le dispositif. Pour éviter l’obstruction rien de tel que la pression populaire. Sans la presse, sans les parlementaires et sans l’opinion publique les fait qualifiés récemment par Emmanuel Macron d’inacceptables auraient été parfaitement acceptés. Alors, emparons-nous de ce sujet, demandons des comptes, car les finances de l’État et les principes de notre République ont été bafoués.

Ainsi, chaque jour davantage, le Nouveau Monde se pare des habits de l’Ancien et nous découvrons qu’en politique, au-delà des slogans et des apparences, rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme.

****

Image de une: L’abbaye dans une forêt de chênes, Caspar David Friedrich, 1810

Un commentaire sur “Les dessous de la Présidence

Ajouter un commentaire

  1. Il serait bon je pense que des chercheurs émérites se penchent sur ce problème d’amnésie collective politique. S’agit’il d’un virus auquel cas très contagieux ou d’un traumatisme ? J’avoue mon inquiétude !
    Un président protégé dans sa bulle proche par un individu inconnu des services du ministre de l’intérieur et omniprésent et n’appartenant pas aux services de police et jouissant de tant de privilèges cela paraît relever de la science fiction
    Mais non je médits, tout ceci relève d’une trop forte envie d’accomplir 1 geste citoyen pour aider dans des cas difficiles nos policiers tout va bien
    Le trône de Jupiter est sauvé
    Christine

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :